FÉDÉRATION DES AMIS DE FIGUIG

Communiqué de presse (Alger/Paris/Rabat/Tunis, 21 juin 2017)

Le cabinet royal marocain a publié hier 20 juin 2017 un communiqué informant l’opinion publique que le roi du Maroc a donné ses instructions pour accueillir les réfugiés syriens bloqués dans la région de Figuig, et ce depuis le 17 avril 2017. La situation de ces familles démunies, victimes de la guerre civile dans leur pays n’a que trop duré. Elles ont passé plus de 2 mois dans une zone désertique inhospitalière, sans eau potable, ni nourriture ou abris.
Aujourd’hui, nous rendons hommage aux habitants de la ville frontalière de Figuig qui sont, au risque d’être poursuivis par les autorités marocaines, venus en aide à ces réfugiés.
Hommage aussi aux comités locaux de Figuig et de Bouarfa qui ont manifesté leur soutien et leur solidarité.
Hommage aux associations des droits humains au Maroc qui se sont mobilisées.
Hommage aux militants marocains des droits de l’Homme qui n’ont pas cessé d’informer et de mobiliser pour lever ce déni de droit.
Hommage aux associations et organisations maghrébines de défense des droits des migrants.
Hommage aux associations des migrants en Europe.
Hommage aux associations de solidarité internationale en France et en Europe.
 
Mais, surtout hommage à ces familles réfugiées qui ont résisté à des conditions de vie inhumaines, victimes de “raisons D’États” qui perdent la raison.
Associations et organisations signataires :
APEL-Egalité
Appel d’Avignon à la solidarité avec le peuple syrien
Asbl Na’oura-Bruxelles
Association Alsace-Syrie
Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT)
Association Clarté Ambition Courage-France
Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM-France)
Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA)
Association des Marocains en France (AMF) 
Association des parents et amis des disparus au Maroc (APADM)
Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF)
Association des Tunisiens de l’Isère citoyens des deux rives (ATI-CDR)
Association des Tunisiens en France (ATF)
Association interculturelle pour la laïcité, l’égalité et la solidarité avec les femmes du Maroc (AILES-femmes du Maroc)
Association marocaine des droits humains (AMDH-Paris/Ile de France)
Association Na’oura (Belgique)
Association Promotion des Cultures et du Voyage (APCV)
Association Syrie Démocratie 33
Association TAMAYNUT-France
Association TIDI-France
CEDTIM-IPAM
Comité d’initiatives et de vigilance citoyenne d’Oran (CIVIC Oran)
Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Collectif citoyen de soutien aux luttes sociales et démocratiques en Algérie (MASSIRA)
Collectif des amis d’Alep
Collectif Démocratie et Modernité-Maroc
Collectif des familles de disparus en Algérie
Collectif international pour défendre les victimes de la mafia immobilière et de la délimitation forestière
Collectif pour une Syrie libre et démocratique
Comité pour le développement et le patrimoine-Palestine
Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Palestine (CRLDHP)
Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
Conseil des lycées d’Algérie (CLA)
Coordination des organisations démocratiques marocaines de France pour la dignité, contre l’impunité et la hogra
Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH)
El Ghorba
EuroMed Droits
Euro-Mediterraan Centrum Migratie & Ontwikkeling (EMCEMO)-Pays-Bas
Fédération des Amis de Figuig (FAF)
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées. 
Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH)
Femmes plurielles
Forum citoyen solidarité des Marocains en Europe
Forum des alternatives Maroc (FMAS)
Forum marocain pour la Vérité et la Justice (FMVJ-France)
Forum Palestine Citoyenneté
Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES)
Immigration Développement Démocratie (IDD)
Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH)
Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH)
Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Manifeste des libertés
Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)
Observatoire marocain des libertés publiques
Parti communiste français (PCF)
Parti d’avant-garde démocratique socialiste (PADS-Europe)
Parti socialiste unifié (PSU Maroc), section France
Plateforme euro-marocaine (MDCD)
Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ)-Algérie
Rassemblement Ifni-Aït Baarmrane
Réseau Euromed France
Revivre (association d’aide aux réfugiés syriens primo arrivants)
Sortir du colonialisme
SOS Disparus-Algérie
Souria Houria (Syrie libre)
Union des étudiants algériens en France (UEAF)
Voie démocratique-Paris (Annahj-Paris)
 
Pour tous contacts :
Mouhieddine  Cherbib (mouhieddinecherbib@gmail.com)
Abdallah Zniber (abdallah.zniber@wanadoo.fr)   

Communiqué commun (Alger/Paris/Rabat/Tunis, 20 juin 2017)

Solidarité avec les réfugiés syriens bloqués à la frontière algéro-marocaine

Le 20 juin est la journée internationale du réfugié. A cette occasion, nous, associations signataires, attirons l’attention de l’opinion publique – tant au Maghreb qu’en France et dans le monde – sur le drame humain qui se déroule dans le sud de la frontière algéro-marocaine, et ce, depuis le 17 avril 2017. En effet, des familles syriennes fuyant la guerre qui sévit dans leur patrie ont traversé plusieurs pays, avant de se retrouver bloquées en plein désert, sans eau, ni nourriture, ni abri.

Grâce à la solidarité des habitants de Figuig (ville marocaine frontalière), plusieurs familles ont été introduites et acheminées vers Oujda. Les autorités marocaines ont arrêté quelques-unes de ces familles et les ont renvoyées à la frontière au mépris de tout droit international de protection des réfugiés. Aujourd’hui, vint-huit réfugiés syriens, dont douze enfants et huit femmes, sont en plein désert.

La militarisation des frontières algéro-marocaine entraîne de graves violations des droits humains. Depuis plusieurs années, les autorités de deux pays chassent les migrants subsahariens d’une frontière à l’autre. Et aujourd’hui, en flagrant délit d’atteinte aux droits des réfugiés et de la Convention internationale de Genève relative à la protection des réfugiés, elles bafouent le plus élémentaire des droits humains : celui d’accueillir des demandeurs d’asile fuyant la guerre dans leur pays.

Cette attitude illustre, dramatiquement, les conséquences de l’approche du tout-sécuritaire imposée aux peuples de la région, qui aspirent à un Maghreb des peuples ouvert, solidaire et démocratique.
Face à cette situation, les associations et organisations signataires :
– alertent l’opinion publique sur ce drame humain, qui se déroule près de Figuig, à la frontière algéro-marocaine ;
– exigent des autorités marocaines et algériennes d’assurer la protection des réfugiés, de les accueillir dignement, et de leur garantir instamment l’acheminement des vivres et des soins ;
– interpellent la France, l’Europe et les instances internationales (ONU et HCR…) pour une solution rapide dans le respect du droit, des conventions internationales et la dignité de ces hommes, femmes et enfants.
Alger/Paris/Rabat/Tunis, le 20 juin 2017.
Associations et organisations signataires :
APEL-Egalité
Appel d’Avignon à la solidarité avec le peuple syrien
Asbl Na’oura-Bruxelles
Association Alsace-Syrie
Assemblée citoyenne des originaires de Turquie (ACORT)
Association Clarté Ambition Courage-France
Association de défense des droits de l’homme au Maroc (ASDHOM-France)
Association démocratique des Tunisiens en France (ADTF)
Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis (AFAPREDESA)
Association des Marocains en France (AMF)
Association des parents et amis des disparus au Maroc (APADM)
Association des travailleurs maghrébins de France (ATMF)
Association des Tunisiens de l’Isère citoyens des deux rives (ATI-CDR)
Association des Tunisiens en France (ATF)
Association interculturelle pour la laïcité, l’égalité et la solidarité avec les femmes du Maroc (AILES-femmes du Maroc)
Association marocaine des droits humains (AMDH-Paris/Ile de France)
Association Na’oura (Belgique)
Association Promotion des Cultures et du Voyage (APCV)
Association Syrie Démocratie 33
Association TAMAYNUT-France
Association TIDI-France
CEDTIM-IPAM
Comité d’initiatives et de vigilance citoyenne d’Oran (CIVIC Oran)
Collectif algérien en France ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)
Collectif citoyen de soutien aux luttes sociales et démocratiques en Algérie (MASSIRA)
Collectif des amis d’Alep
Collectif Démocratie et Modernité-Maroc
Collectif des familles de disparus en Algérie
Collectif international pour défendre les victimes de la mafia immobilière et de la délimitation forestière
Collectif pour une Syrie libre et démocratiqueConseil des lycées d’Algérie (CLA)
Comité pour le développement et le patrimoine-Palestine
Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Palestine (CRLDHP)
Comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie (CRLDHT)
Coordination des organisations démocratiques marocaines de France pour la dignité, contre l’impunité et la hogra
Coordination maghrébine des organisations des droits humains (CMODH)
El Ghorba
EuroMed Droits
Fédération des Amis de Figuig (FAF)
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR)
Fédération euro-méditerranéenne contre les disparitions forcées.
Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH)
Femmes plurielles
Forum citoyen solidarité des Marocains en Europe
Forum des alternatives Maroc (FMAS)
Forum marocain pour la Vérité et la Justice (FMVJ-France)
Forum Palestine Citoyenneté
Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES)
Immigration Développement Démocratie (IDD)
Ligue algérienne des droits de l’Homme (LADH)
Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (LADDH)
Ligue des droits de l’Homme (LDH)
Manifeste des libertés
Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP)
Observatoire marocain des libertés publiques
Parti communiste français (PCF)
Parti d’avant-garde démocratique socialiste (PADS-Europe)
Parti socialiste unifié (PSU Maroc), section France
Plateforme euro-marocaine (MDCD)
Rassemblement Actions Jeunesse (RAJ)-Algérie
Rassemblement Ifni-Aït Baarmrane
Réseau Euromed France
Revivre (association d’aide aux réfugiés syriens primo arrivants)
Sortir du colonialisme
SOS Disparus-Algérie
Souria Houria (Syrie libre)
Union des étudiants algériens en France (UEAF)
Voie démocratique-Paris (Annahj-Paris)
Pour tous contacts :
Mouhieddine  Cherbib (mouhieddinecherbib@gmail.com)
Abdallah Zniber (abdallah.zniber@wanadoo.fr)

Lettre de détresse des réfugiés syriens bloqués à la frontière algéro-marocaine (traduction de la version originale)

Appel des réfugiés syriens bloqués entre Figuig et Beni Ounif

 Sur la frontière algéro-marocaine

« Salut à vous réunis aujourd’hui pour crier ce que le monde ne veut pas entendre ;

Salut à toutes les associations, partis politiques et syndicats ;

Salut aux gens de Figuig de Paris, alors qu’on n’arrive pas à saluer ceux qui sont à quelques dizaines de mètres de nous ;

Salut aux citoyens du Maroc et ses associations civiles et juridiques ;

Salut aux citoyens de la méditerranée, d’Europe et leurs associations juridiques et civiles ;

Salut aux médias engagés et à tous les soldats de l’ombre dans cette noble bataille.

 

Mesdames, Messieurs,

Depuis un mois nous vivons dans un désert mortel, sa nuit sombre et froide, son jour brûlant, sous aucun toit, ou murs qui nous protègeraient des tempêtes de sable. Ces tempêtes quotidiennes arrachent le peu de couvertures que nous avons reçu généreusement des habitants de Figuig. Les sables remplissent les yeux de nos enfants que seules les larmes nettoient ;

Dans ce lieu, les serpents et les scorpions se cachent sous les cailloux et dans les bosquets. Ils sont notre souci jour et nuit avec le risque de mordre les pieds d’un enfant ou la main d’une femme ; nous savons qu’en cas de piqûres ou de morsures nous n’avons ni médecin, ni médicaments. Nous savons aussi que les gardes-frontières n’interviendraient pas, eux qui n’ont rien fait quand la première femme enceinte a accouché en plein désert et ce malgré ses cris de douleurs et ceux des habitants de Figuig pour faire venir un médecin. Comme ils ne sont pas intervenus pour venir en aide à un vieil homme en hypertension qui a eu une alerte cardiaque.

Nos appels aux soldats des pays (Maroc, Algérie) n’ont rien donné, ainsi que nos appels à travers le Facebook.

 

Mesdames, Messieurs, hommes et femmes libres et consciences de l’humanité vivante :

Chaque jour au lever du soleil en plein désert nous nous réveillons aux cris des enfants et leurs soupirs pour avoir une gorgée de lait, un verre d’eau ou un bout de tissu pour se protéger des rayons de soleil. Nous les adultes entendons ces cris et baissons nos têtes parce que nous sommes impuissants à leur venir en aide.

Les corps et les visages des enfants et des femmes sont asséchés. Nos vêtements déchirés et collés à nos peaux. Les têtes des enfants remplis de poux, leurs peaux brûlées, leurs yeux rougis. Des personnes âgées cardiaques n’ont plus leurs médicaments. Des femmes enceintes ont besoin d’un suivi médical urgent. Et, le peu d’eau que nous avons est salée.

 

Mesdames, Messieurs, citoyens de France, responsables français, nous appelons la France des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, celle de Rousseau, Montesquieu, Voltaire et d’autres.

Citoyens du monde en France, venus des 4 coins de la terre, dans une migration volontaire ou non-volontaire à la recherche de la sécurité, la vie ou l’humanité ;

Nous sommes des réfugiés ayant fui une guerre destructrice. Vous connaissez ses détails mieux que nous qui sommes ici en plein désert. Maintenant, nous ne nous préoccupons que des regards désespérés de nos enfants et des souffrances de nos malades.

Nous étions 55 personnes et sommes devenus 56 après la naissance d’un bébé dans des conditions dramatiques. L’enfant n’a pas supporté la dureté de la chaleur et le froid de la nuit. Sa mère avec d’autres compagnons a été obligée de quitter le groupe. Nous sommes actuellement 41 personnes dont 18 enfants et demain peut-être ils seront 19 si la vie est accordée à un bébé à naître.

 Nous sommes un groupe parmi les milliers des personnes condamnés par la guerre, à se réfugier ailleurs. Nous avons pensé à des refuges chez nos familles installées soit au Maroc ou en Europe. Mais le destin a voulu qu’aucun pays ne veuille de nous, ou aucune tente ne peut nous héberger.

 

Mesdames, Messieurs,

Dans ce désert, les prisons paraissent des palais, les tentes des paradis et la Syrie détruite la maison de la dignité.

Ici nous sommes interdis d’eau, de médicaments, de pain, de lait, de médecin, de parole, de cris. Nos mouvements sont contrôlés et notre silence est suspecté. Chaque jour nous mourrons plusieurs fois de faim, de soif, d’impuissance, de maladie et d’une dignité humaine bafouée.

Nous sommes dans un espace où les 2 antagonistes ne nous reconnaissent pas et considèrent qu’on n’est pas sur leur terre.

C’est pour cela, nous vous implorons de continuer à soutenir notre cause et ne pas nous oublier ici dans cette prison sans murs.

Frappez à toutes les portes pour nous, mais essentiellement pour des enfants qui ne comprennent pas l’arrêt de ce voyage qu’ils ont crû être une promenade familiale, avec l’absence de l’eau et l’impuissance du père et de la mère.

Et nous appelons les organisations internationales comme le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), le croissant rouge, les ONG nationales et internationales et les pays du monde libre : France, Allemagne, Suède, Belgique, Hollande et les autres pays de l’Union Européenne, ainsi que le Maroc pour nous rapatrier avec nos familles, nos maris et nos enfants.

 

Notre seule envie c’est de garder en vie nos enfants !

 

Par conséquent, nous déclarons que nous ne demandons plus d’être réfugiés, parce que c’est un rêve que le monde nous refuse. Nous demandons uniquement de nous sauver de la mort et des dangers qui guettent nos enfants et nos femmes.

Notre seul recours dans ce monde est auprès des femmes et des hommes libres, défenseurs de l’humanité et des consciences vivantes.

Chaque minute sous le soleil du désert et le froid de ses nuits nous rapproche du désespoir et de la mort.

Sauvez-nous de cette tragédie humaine et faites vite pour secourir nos faibles et nos enfants, parce que c’est une honte de continuer ainsi.

 

Restez fidèles à l’humanité et à votre solidarité ! »

 

Version originale en arabe :

Télécharger (PDF, 336KB)

Séminaire International sur l’immigration et le développement à Oujda, 16 au 18 mai 2017

Indimaj-Oriental

Initiative pour un développement inclusif à l’attention des migrants dans la région de l’oriental.

Séminaire International  sur l’immigration et le développement

Oujda, du 16 au 18 mai 2017  lieu : Campus du Savoir de l’Université Mohamed 1er

Ce séminaire organisé par l’OIM (Organisation Internationale pour la Migration), dans le cadre du programme  conjoint OIM-PNUD (Intégration de la migration dans les stratégies nationales de développement),

Et financé par :

  • la direction du Développement de la Coopération Suisse
  • Ambassade des Pays Bas au Maroc

Ce séminaire vise les élus de l’oriental commune Rurale, commune Urbaine, Conseil Régional de l’Oriental, fonctionnaires des collectivités ainsi que la société civile.

Cet événement vise à favoriser l’intégration de la migration dans la planification stratégique de la région de l’Oriental.

  • Le 1er jour lancement officiel  en présence du vice-président du CRO, la responsable de l’OIM au Maroc, représentant du MRE, représentante du Ministère de la santé, représentant de l’Ambassade des Pays bas, représentant de l’Entraide Nationale Maroc, représentant de la Wilaya de l’Oriental.
  • 2eme jour, atelier : Santé et Migration et gouvernance locale dans l’Oriental : enjeux et défis. L’objectif est de sensibiliser les élus locaux et leurs partenaires stratégiques à la thématique suivante : Migration, Santé et Gouvernance locale.
  • 3eme jour, atelier : formation sur l’intégration socioculturelle des migrants.

L’objectif est de sensibiliser les élus locaux et leurs partenaires stratégiques à l’importance de la dimension socio-culturelle dans le processus  d’intégration des migrants, comprendre  le rôle de vivre ensemble et de la diversité comme facteurs de cohésion sociale entre la population d’accueil et populations  migrantes.

En conclusion, les recommandations seront proposées aux élus locaux avant les prochaines élections pour planifier une bonne stratégie de vivre ensemble.

COMMUNIQUE FAF, AUBERVILLIERS (23/04/2017)

FIGUIG EST UNE TERRE D’ÉMIGRATION ET D’IMMIGRATION

NOUS AVONS APPRIS AVEC TRISTESSE ET INQUIÉTUDE L’ARRIVÉE DE RÉFUGIÉS SYRIENS A FIGUIG EXPULSÉS PAR L’ALGÉRIE ET CONCENTRÉS DANS LA ZONE TAMPON A LA FRONTIÈRE ALGÉRO-MAROCAINE.

PARMI LES RÉFUGIÉS, IL Y A DES FEMMES (DONT CERTAINES ENCEINTES), DES ENFANTS EN BAS ÂGES, DES JEUNES ET DES PERSONNES ÂGÉES. D’APRÈS LE RECENSEMENT, IL Y AURAIT PLUSIEURS DIZAINES DE PERSONNES.

LA POPULATION FIGUIGUI LEUR APPORTE DES VIVRES MAIS N’A PAS LE DROIT DE LES APPROCHER ET NE PEUT MÊME PAS LES ACCUEILLIR.

NOUS, LA DIASPORA, DEMANDONS A LA SOCIÉTÉ CIVILE DE FIGUIG ET D’AILLEURS DE CONTINUER À SOUTENIR LES RÉFUGIÉS EN LEUR APPORTANT LES VIVRES NÉCESSAIRES, DES VÊTEMENTS ET DES COUVERTURES ET SURTOUT D’INFORMER SUR L’ÉVOLUTION DE LA SITUATION.

N’OUBLIONS PAS QUE FIGUIG A ACCUEILLI LES MIGRANTS ALGÉRIENS PENDANT LA COLONISATION FRANÇAISE EN ALGÉRIE.

AUSSI, NOUS DEMANDONS A LA DIASPORA FIGUIGUI D’EUROPE ET D’AILLEURS DE SE MOBILISER ET DE FAIRE PRESSION SUR LES COLLECTIVITÉS MAROCAINES AFIN D’ACCUEILLIR AU MIEUX NOS FRÈRES SYRIENS.

FÉDÉRATION DES AMIS DE FIGUIG

Rencontre inter-associatifs du 08/04/2017 à Amsterdam

A l’initiative des associations Dar Amana (Pays-Bas) et Aséo (France), plusieurs associations issues de la diaspora marocaine implantées en France, Allemagne, Pays-Bas et Belgique se sont rencontrées ce samedi 08/04/2017 à Amsterdam.

L’objet de cette rencontre – qui n’est pas à sa première édition – est de favoriser l’échange inter-associatifs et de partager sur le vivre-ensemble dans les pays d’accueil respectifs.

Après une brève présentation des diverses activités et divers projets en cours ou à venir, un temps d’échange sur les bons usages s’est tenu rendant l’interactivité des associatifs possible compte tenu des lenteurs et difficultés rencontrées par ces associations au Maroc.
Diverses propositions ont été distillées apportant le débat sur la question de la jeunesse, de l’identité, de l’intégration, de la santé et plus généralement du développement économique et humain.

Pour finir, il a été acté qu’une base de données de doléances des associations présentes sera établie permettant l’émergence de propositions et qui sera transmise par ailleurs au Ministère du MRE et a fortiori au Royaume.

DES-AIRS

 “DES-AIRS” est un collectif de musiciens à géométrie variable.
 
Il compte des musiciens issus des traditions musicales de l’Afrique du nord, des musiciens issus du jazz, du rock ou encore des musiques urbaines (électro, RnB, Slam, …)
 
    Ces musiciens s’inspirent souvent du patrimoine musical du [désert] riche de par sa variété musicale,  là où, jadis,  la fusion musicale se pratiquait  déjà entre les sons de l’Atlas et de l’Afrique noire, entre les musiques berbères et les musiques orientales,… ! 
 
    Les musiciens de “DES-AIRS” n’hésitent pas à tenter d’autres brassages musicaux [Fusions] entres les musiques du Maghreb ou d’Afrique noire avec des styles et sons occidentaux.
 
    Lorsque “DES-AIRS” interprète des pièces de la musique Gnawa, par exemple, c’est une invitation à la danse, vous n’êtes qu’à un pas de la transe. Ce groove a la force de vous transporter dans le temps et dans l’espace, sans transpercer [des airs] à bord d’un avion charter!
 
   De l’unplugged (musique acoustique) à l’électro, “DES-AIRS” propose une large palette de musiques traditionnelles de l’Afrique du nord, tout en fusionnant les genres, en habillant ce patrimoine culturel de sonorités actuelles. De la “Aïta” à la Salsa en passant par le Reggae, l’électro ou encore le rock, “DES-AIRS” met la diversité au profit de la musique.
   
Vous l’aurez compris, le message que veut transmettre “DES-AIRS”, est que la musique est un langage universel qui ne connaît pas de frontières.
 
 

Formation inter-régionale entre l’Oriental et le Souss-Massa en matière de gouvernance locale des données migratoires et de réintégration

img_4945

Dans le cadre de l’ICMD et en synergie avec le projet MOTUSE, « Renforcer la durabilité des solutions de réintégration pour les migrants de retour depuis l’UE vers le Maroc, la Tunisie et le Sénégal », un atelier d’échange sur la gestion des données migratoires à l’usage des décideurs politiques, entre la région du Souss-Massa et la région de l’Oriental regroupant divers acteurs de la société civile, s’est déroulé du mardi 18 au jeudi 20 octobre 2016 à Agadir (région Souss-Massa).

Ce voyage avait comme objectif global, à travers l’échange de bonnes pratiques et la formation, de favoriser l’appropriation par les collectivités territoriales de leurs marges de manœuvre en matière de Migration et Développement, ainsi que de mieux intégrer le retour et la réintégration dans leur planification.

Il s’est découpé en 3 temps :

–          Tout d’abord, une première journée consacrée à une présentation non-exhaustive des différents programmes lancés à l’initiative du Royaume Marocain en collaboration avec l’Union Européenne jetant les fondements d’une réelle stratégie nationale d’immigration et d’Asile, a fortiori d’accompagnements au retour et à la réintégration des marocains résidant à l’Etranger ;

 

–          Puis, une seconde journée dédiée exclusivement à une visite de terrain dans la région du Souss-Massa permettant d’illustrer les retombées de ces coopérations nord-sud dans le processus local de décision politique (communes Arbaa Sahel et Tinghir) ;

 

–          Enfin, une dernière journée dévouée à plusieurs ateliers d’échanges et de cas pratiques sur les problématiques rencontrées dans le cadre du retour et de la réintégration des Marocains du Monde au service de la proximité permettant ainsi la formulation de plusieurs recommandations en ce sens.